Ça te fait ça aussi ?

T’as l’impression d’être un boulé à contre courant.
On te répète que tes prix sont trop bas. Que tes photos sont
trop comme-ci ou pas assez comme ça.

On te dit que le seul moyen de vivre de la photo c’est
de viser un marché haut de gamme, de faire du mariage,
d’avoir un studio ou que sais-je encore…

T’as juste l’impression de mal faire et tu galères toujours autant.

Je te rassure, ça m’a fait pareil pendant longtemps.

Jusqu’à ce que j’intègre tout ça :

 

1 – Les photographes ne sont pas tes clients 

Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais dans le monde de la photographie,
il y a une forte tendance à vouloir plaire à ses collègues.
À vouloir être reconnu par ses confrères.

Le truc que tu dois retenir c’est que : ce n’est pas aux photographes que tu vends !

C’est bien d’avoir des retours positifs et des compliments par ses collègues,
mais ça ne paye pas les factures !

Alors voici 2 conseils pour te défaire du regard des autres photographes :

  • Fais les choses pour toi ! Parce que cela TE correspond, parce que ça
    répond au besoin des TES CLIENTS et parce que ça TE rapporte ! 
  • Ne leur montre pas tes faiblesses, tes doutes ! Tu dois toujours avoir l’air
    sur de toi. Même si c’est difficile. Mais attention, être sur de toi ne veut pas
    dire fermé à la discussion et borné. Juste avoir l’assurance de savoir ce que
    tu fais et pourquoi tu le fais.

 

2 – Les apparences sont parfois trompeuses

T’as tendance à idolâtrer certaines personnes ?

À te dire que tout leurs réussi.
Que leur nombre d’abonnés Facebook est énorme !
Que leur contenu est toujours incroyable !
Que leurs vies est merveilleuse et qu’ils réussissent tellement bien …

C’est le problème des réseaux sociaux !

Et le truc, c’est que tu ne dois surtout pas te fier à ça.

Il y a beaucoup de photographes qui réussissent.
Et tant mieux. Mais cette réussite que tu idolâtres tant
n’est peut être pas si parfaite pour toi.

Il y a des circonstances à prendre en compte.
Des modes de vie. Des positions géographiques ou des
choix de business tout court.

L’entrepreneuriat c’est une question d’apparence tu sais.

L’image que l’on doit renvoyer doit toujours être positive si on
veut attirer des clients. On doit montrer que tout va bien.
On doit montrer qu’on est motivé. On doit faire preuve de professionnalisme.
On doit montrer notre réussite. PROUVER notre réussite, notre expertise.

Mais combien sont malheureux ? Combien galèrent ?
Combien sont aidés par le compagnon ou la compagne ?
Combien sont fatigués ? Usés ? 

Je veux que tu arrêtes d’idolâtrer les autres. Je veux que tu te concentre sur toi.
Sur TES objectifs, TES forces et TES atouts actuels. C’est tout !

Tu ne sais pas ce que vivent les autres mais tu sais ce que toi tu veux vivre.

N’est-ce pas ? 

 

3 – Tu n’as pas besoin d’eux pour réussir

Ça fait toujours du bien d’être soutenu et de ne pas se sentir seul.
Mais n’oublie pas une chose : Tu n’as besoin de personnes pour réussir !

Mon homme m’a toujours répété « T’es pas dans le monde des
bisounours Sara » et il a raison.

Tu peux trouver des personnes partageant tes valeurs et avec qui tu avanceras
main dans la main, c’est possible ! Mais n’oublie pas que l’être humain est
un animal émotionnel égoïste.

Ça parait péjoratif dit comme ça mais pas dutout.
L’égoïsme est mal vu en société mais il n’a pas que des défauts tu sais,
et il n’existe pas pour rien non plus.

Le fait est que nous agissons tous par égoïsme ! Même quand nous pensons
avoir un geste purement altruiste, nous agissons en fait pour nous.
Pour confirmer ce que nous pensons de nous.

Le truc, c’est qu’on a pas tous le même système de valeurs. Si pour toi,
l’altruisme, le partage et la contribution sont importants, pour ton collègue,
ce sera peut être le gain, le pouvoir et la force.

Et ce genre d’opposition mène à quel résultat d’après toi ?

La déception.

L’un veut partager et avancer main dans la main.
L’autre veut gagner et être le meilleur.
Et aucun n’a plus raison que l’autre !

Ce que je veux te dire est simple en fait : faire partie d’une communauté
qui te ressemble ne pourra t’être que bénéfique,
mais le travail à faire pour réussir, tu vas le faire seul.

Et TU PEUX le faire seul.
Ta force ce n’est pas les autres.

Ta force c’est toi !

 

4 – T’es entrepreneur, pas photographe 

Et t’es pas obligé de rester campé dans le monde de la photo !

Je suis sur que tu sais que faire partie d’un réseau peut rapporter
gros à ton business. Le truc, c’est que j’ai peur que tu penses que
ton réseau se résigne au monde fermé et conservateur de la photographie.

Je ne sais pas pourquoi. Mais nous, les photographes,
on a toujours tendance à rester entre nous.

C’est ce que j’ai fais moi en tout cas !

Puis j’ai commencé à sortir. À rencontrer d’autres entrepreneurs
dans des secteurs ultra différents. À discuter avec de nouvelles personnes.
Et ça a tout changé !

Ton esprit s’ouvre.
Ton champ des possibles grandit.
Ta motivation croît.

Tu te rends compte que les problématiques sont souvent les même.
Mais cette fois-ci, tu as accès à des stratégies et des idées nouvelles
que tu peux adapter à ton business.

Bref. Te considérer comme un entrepreneur peut tout changer
dans ton business de photographe. 

Je n’ai pas choisi ce nom pour rien ! –ahah

 

5 – Tu n’est pas seul(e)

Et tu ne le seras jamais ! 

Il existe forcément d’autres personnes qui pensent comme toi,
qui sont comme toi. Et c’est une question de valeurs.

Avec Entrepreneur Photographe, en plus de t’aider en te montrant
comment vivre de la photographie, je veux aussi rassembler
les photographes différents comme toi.

Ceux qui pensent pareil. Ceux qui partagent les même valeurs.
Ceux qui veulent avancer ensemble tout en se démarquant.

Il y a forcément des photographes comme toi.
Comme moi.

Et j’espère sincèrement qu’Entrepreneur Photographe les rassemblera !

 

Merci encore de m’avoir lu.

A bientôt.

Sara